Motobécane AV32

Les fêtes de fin d’année sont arrivées, la fin de l’année à été chargée dans le boulot et j’ai la chance de pouvoir prendre 10 jours de congés en Bretagne chez mes beaux parents. Ce sera l’occasion de se changer les idées. Comme chaque année je m’amuse à faire une liste au père Noël en demandant des bécanes sans vraiment y croire, BMW RT1200, Thriumph Thruxton, 600 Djebel. Mais cette année, un véritable miracle s’est produit. Ma femme est venue me dire « Cette année, ton cadeau c’est un achat le bon coin à remettre en état ». C’était fantastique !

Après quelques recherches j’affine mon projet. le budget ne doit pas dépasser 200 euros, il faut que l’état soit suffisamment mauvais pour que cela ne soit pas gagné d’avance, il faut pouvoir la revendre car mes beaux parents ne sont pas très mécaniques dans leur garage déjà pleins de choses. Idéalement il faut que le projet tienne sur 10 jours et l’objectif est de conserver un maximum de pièce d’origine. Je tombe d’abord sur une Motobécane AV48 qui dort dehors et qui n’a pas toutes ses pièces notamment une poignée de gaz qui me plait bien mais qui me passera sous le nez. Et puis en creusant un peu je repère une Motobécane AV32 bien rouillée avec un moteur non bloquée. je vais voir le gars, je tourne le moteur à la main, ça suffit comme unique contrôle, on deal et je la charge dans la twingo (ça tient large !)

De retour à la maison, mon entourage est sceptique sur ce vélo rouillé avec un truc entre les pédales. Cela me convient bien de me lancer sur une mobylette car je n’en ai jamais bricolé et ce sera un truc de plus à savoir. Le lendemain à l’aube je lance le chantier en faisant de la place sur l’établi de beau papa. Une clé à molette rouillée, une pince multiprise qui se déboite, un tournevis plat cassé, on est clairement pas dans l’émission Monster garage, mais en cherchant bien on trouve un jeux de clé à pipe complet, quelques plates et quelques tournevis et surtout merci au grand père d’avoir retrouvé sa clé à bougie d’époque. Un coup de WD40 sur tous les écrous et c’est partit pour de super vacances.

L’avantage sur ce genre de 2 roues c’est que tout va très vite. Le moteur est déposé. le moins qu’on puisse dire c’est que je vais être servi en gras et camboui mais tous les vrais connaisseurs savent que plus c’est gras et crassou et plus c’est protégé du temps.

Commence alors quasiment 2 jours de nettoyage à l’essence pour redécouvrir les pièces mécaniques. Cela permet aussi à belle maman de découvrir de nouvelle odeurs dans son garage. Je m’occupe d’abord de la partie moteur car tant que cela ne démarre pas ce n’est qu’un vieux vélo… On déculasse, on nettoie, on rince à l’essence, on dépose le carbu. Le joint de culasse est bof mais il tiendra encore. Le pot d’échappement est bien sale mais j’arrive a bien décoler les résidus à l’intérieur et à rendre son souffle à la trompette de la mort.

Au fur et à mesure je constate qu’il s’agit d’une AV32 S avec son réservoir étendu et que le haut moteur n’est pas d’origine car il vient d’un modèle plus récent. J’en profite aussi pour nettoyer l’allumage qui était assez gras mais pas de gros souci identifiés. Je décide en revanche de ne pas ouvrir l’embrayage et d’accéder au vilebrequin. Je ne suis pas équipé pour et il ne faut pas exclure le risque que cela fonctionne.

Les vis platinées ne faisaient plus contact. un peu de papier de verre et le courant passe à nouveau correctement. En faisant des essais je constate que l’antiparasite ne passe pas le courant mais qu’à part lui j’ai une belle étincelle à la bougie. On remonte tout. D’abord un souci d’allumage mal calé (enfin pour être honnête, pas du tout calé), puis malgré le fait de ne pas avoir de pige de calage, avec une tige à brochette, une règle et un jeux de cales millimétriques (merci le grand père encore une fois), j’arrive a trouver le bon réglage assez facilement. On pédale et ça démarre !

Bon à ce moment je vais voir chaque personne de ma famille pour lui demander s’il a bien entendu le moteur ronfler. Contrairement à ce que la photo laisse penser, il faut que la roue arrière soit remontée pour démarrer sur béquille. Les pédales entrainent la chaine de vélo, qui entraine la roue, qui entraine la chaine mobylette qui entraine le moteur quand on décompresse… Du coup il faut s’occuper vite de la partie cycle, a commencer par les roues pas très jolies. on brosse, on remplace les chambres à air.

un coup de miror pour récupérer le chrome

Ensuite on enchaine avec les chaines qui sont dures car la graisse d’époque a durcie.

Dans la foulée on fait un nettoyage rapide du réservoir en laissant du Coca dedans tout une nuit. Ce n’est pas un nettoyage complet mais je rajoute un filtre à essence en sortie ça sera suffisant pour les 10 jours. Coup de bol le robinet d’essence fait bien son office et ne perd pas une goute.

La photo finish, après quelques tours dans le quartier sous l’oeil amusé des passants me voyant filer avec un petit panache bleuté et une odeur caractéristique. Il est temps de la revendre sur le bon coin. On notera au passage que l’éclairage fonctionne faut juste titiller un peu avec le pied. A l’époque on faisait des ampoules qui tenaient toute la vie. Coup de chance en 2 jours je trouve un acheteur qui a du temps et qui a l’air de bien mieux savoir manier le pinceau que moi. Il l’a reprend 30 euros de plus que lors de mon achat initial. ça paiera l’essence et les 3 outils et le pinceau achetés pour l’occasion.

J’avais presque oublié que j’avais une vie pro à reprendre. Quelle vacances magnifiques. Le camboui c’est la vie ! Merci à mon épouse qui m’a fait un super cadeau. Merci à mes beaux parents qui ont acceptés les odeurs, les bruits des essais moteurs en échappement libre et de croiser leur gendre plus souvent les mains noires que propres. Merci à la communauté motobécane et surtout Tobec online qui centralise un tas de doc au top en plus d’un forum ultra réactif. Et merci à Papé qui est déjà OK pour stocker dans son garage mon futur achat.

Edit 01/09/2019 : Le propriétaire suivant a repris toute la partie cycle, cadre, peinture, poignée, gaine, et m’a transmis une photo de la Motobécane qui continue sa renaissance. Belle ouvrage et chapeau à lui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *